www.opus84.fr rubrique art

 

SOMMAIRE

(articles à lire ci-dessous)

 

61ème Salon international des santonniers d’Arles

Pays invité : Les pays d’Asie

Invités d’honneur : Patrick et Josiane Giordano, santonniers de La-Fare-les-Oliviers, et Gérald Roux, créchiste décorateur de Vacqueyras

Œuvres des Meilleurs Ouvriers de France

La grande crèche des Indes

Cloître Saint-Trophime du 17 novembre 2018 au 13 janvier 2019

 

Avignon

Un été au Musée Vouland

 

Les Baux-de-Provence

Musée Yves Brayer du 19 mai au 27 septembre 2018

Exposition Paul Signac (1863-1935)

« Lumière du Midi »

 

Carrières de Lumières Les Baux-de-Provence

Picasso et les maîtres espagnols / Flower Power – La culture pop

Du 2 mars 2018 au 6 janvier 2019

__________________________________________________________________________________

 

61ème Salon international des santonniers d’Arles

Pays invité : « Les pays d’Asie »

Invités d’honneur : Patrick et Josiane Giordano de La-Fare-les-Oliviers, santonniers et Gérald Roux de Vacqueyras, créchiste décorateur

Cloître Saint-Trophime

Du 17 novembre 2018 au 13 janvier 2019

 

Parmi les 56 santonniers professionnels exposants on note la présence d’œuvres de 21 Meilleurs Ouvriers de France dont de nombreux fidèles :

Lise Berger de Roquevaire - Alice Bertozzi de Cagnes-sur-Mer - Robert Canut de Tulette - Marcel Carbonel - Thierry Deymier de Fuveau -  Martin Espinosa de Marseille - Paul Fouque - Yannick Fusier de Clarensac - Jean-Paul Gourdon de Puymiclan - Pierre Graille - Liliane Guiomar de Salignac - Simone Jouglas - Roger Jouve de Luynes - Martin Mamie - Gabrielle Mazagran de Salazie « La Réunion » - René Pesante - Emilie Puccinelli-Meynier - Evelyne Ricord d’Arles - Santons Daniel Galli d’Ansouis - Santons Flore Jacques d’Aubagne - Daniel Scaturro d’Aubagne.

 

Cette liste des santonniers professionnels est complétée par 18 santonniers amateurs.

 

61ème salon international des santonniers d’Arles

Cloître Saint-Trophime du 17 novembre 2018 au 13 janvier 2019

Ouvert tous les jours de 10 heures à 17 heures sauf le 25 décembre et le 1er janvier

Informations :

04 90 52 31 92 – 04 90 96 22 88 – 04 90 18 41 20

Santonniers.arles@orange.fr

http://salondessantonniers.over-blog.fr

__________________________________________________________________________________

 

 

Avignon

Un été au musée Louis Vouland

 

Au musée

Exposition « Le temps suspendu » du 22 juin au 4 novembre 2018

 

Au jardin

Festival Off (entrée par le jardin 14 rue d’Annanelle)

Heures séculaires – Les Sélène – 2ème mouvement du 6 au 29 juillet à 20 h 30 (relâches les 9, 16 et 23)

1er mouvement les 14, 5, 21, 22, 28, 29 juillet à 8 h 30

Réservations 04 90 86 03 79

 

« L’homme qui plantait des arbres » de Jean Giono – Théâtre des Turbulences

Du 13 au 22 juillet à 11 h les 14 et 21 à 17 h 30

Réservations 04 32 74 18 54 et 09 66 97 18 54

 

Prix Tournesol (10ème édition)

Remise du prix jeudi 26 juillet à 11 h

 

Fin d’été (entrée par le musée 17 rue Victor Hugo)

« Sous les étoiles » musiques et paroles du 28 au 31 août à 20 h 30

3 concerts quatuors et quintet de Vivaldi à Strauss

Christophe Giovaninetti, violon, Régis Pasquier, violon, Yibin Li, violon, Pierre-Henri Xuereb, alto, Su Zhen, alto, Philippe Muller, violoncelle, Luc Tooten, violoncelle, Stéphane Demay, piano, Vincent Beer Demander, mandoline, Sabine Conzen, soprano

 

Mardi 28 août Quatuor Mozart et ses élèves

Bach, Mozart, Hummel, Sussmayer

Jeudi 30 août Quatuor instruments rares

Leone, Vivaldi, Stamitz, Haydn, Bach, Mozart

Vendredi 31 août Quintet romantisme

Tooten, Mahler, Schubert, Liszt, Strauss, Schumann

Mercredi 29 août Lecture

« Que ma joie demeure » Jean Giono

Bruno Raffaelli de la Comédie française, Manon Raffaelli, comédienne, Jean-Claude Delalondre, comédien, Isabelle Deora, flûte

 

Musée Louis Vouland

7 rue Victor Hugo Avignon

Tél. 04 90 86 03 79

www.vouland.com

_____________________________________________________________________________________________

 

Les Baux-de-Provence

Musée Yves Brayer du 19 mai au 27 septembre 2018

Exposition Paul Signac (1863-1935)

« Lumière du Midi »

 

Né en 1863 à Paris, Paul Signac se tourne très jeune vers la peinture. L’exposition des

oeuvres de Monet dans les locaux de la revue La Vie Moderne en 1880, est un déclic : "Ma famille voulait faire de moi un architecte, mais je préférais dessiner sur les bords de la Seine".

 

Il fréquente rapidement l’atelier d’Émile Blin, mais, épris de couleur et de liberté, il reste autodidacte et fréquente les milieux artistiques (Armand Guillaumin, Camille Pissarro, Henri-Edmond Cross, Georges Seurat, Charles Angrand), mais aussi littéraires (Félix Fénéon, Gustave Kahn, Paul Adam et Joris-Karl Huysmans). Membre fondateur du Salon des Artistes Indépendants en 1884, il rencontre Georges Seurat. Tous deux sont à la recherche d’un langage nouveau et s’intéressent aux théories sur l’optique et la perception des couleurs de Chevreul, Blanc, Sutter et Rood. Signac se distingue de son ami en recherchant à donner le plus d’impact possible à la couleur.

 

L’année suivante Signac exécute des oeuvres profondément novatrices aux compositions géométriques, d’inspiration impressionniste, mais à la touche régulière. Seurat, Signac et Pissarro remplacent le mélange traditionnel des tons par des juxtapositions de petites touches de couleurs pures ; c’est le "mélange optique". En 1886, et sous la plume de Félix Fénéon, le terme de « Néo-impressionnisme » est né. À ce mouvement adhéreront, jusqu’à la fin du siècle, les peintres : Charles Angrand, Henri-Edmond Cross, Maximilien Luce, Hippolyte Petitjean, Lucien Pissarro, Antoine de La Rochefoucauld, Théo van Rysselberghe.

 

Après 1891, année de la mort de Seurat, l’oeuvre de Signac évolue peu à peu ; il

s’intéresse aux grands formats et privilégie la couleur à la lumière. En mai 1892, il part de Bretagne à bord de son voilier Olympia et, par le canal du midi, rejoint la Méditerranée et Saint-Tropez.

C’est un choc : "j’ai là de quoi travailler toute mon existence - C'est le bonheur

que je viens de découvrir". Il y loue puis achète, en 1897, une maison la Hune.

L’aquarelle lui permet de travailler à l’extérieur.

 

En 1894, Signac entreprend la rédaction de son journal et d’une réflexion qui le mènera à D'Eugène Delacroix au Néo-impressionnisme. Dans cet ouvrage, publié en 1899, il explique les fondamentaux du Néo-impressionnisme, l’inscrivant dans l’histoire comme l’aboutissement d’une évolution commencée par Delacroix et poursuivie par les impressionnistes. Dans les années suivantes, tout en conservant une grande activité à Paris d’organisateur d’expositions et du Salon des Artistes Indépendants, il voyage en France et à l’étranger : Samois en Seine et Marne en 1900, Castellane, Sisteron en 1903, l’Italie du nord et Venise en 1904, Marseille, Avignon et Nice en 1904 et 1905, Rotterdam en 1906, Istambul en 1907, Londres en 1909. Durant cette période, il peint de plus en plus d’aquarelles qu’il expose avec ses huiles. Les critiques d’art, si sévères à ses débuts, plébiscitent ses oeuvres sur papier.

 

À partir de 1904, Saint-Tropez devient le point de ralliement des Néoimpressionnistes

du début et de la nouvelle génération mais aussi des fauves : Henri Matisse, Henri Manguin, Charles Camoin et Albert Marquet.

 

À partir de 1907, Signac utilise aussi ses talents de dessinateur pour des dessins à

l’encre de Chine, préparatoires à ses travaux à l’huile. Cette exposition a permis

d’en réunir quelques-uns.

 

En 1913, Signac quitte Saint-Tropez pour Antibes, avec sa nouvelle compagne le

peintre Jeanne Selmersheim-Desgrange. Ily est surpris par la guerre, peint peu et se

concentre sur l’étude de l’oeuvre de Stendhal. Il y rencontre aussi régulièrement Bonnard.

Après la guerre, il reprend l’organisation du Salon des Artistes Indépendants et déménage rue de l’Abbaye à paris, non loin de l’ancien atelier de Delacroix. Il voyage en France, privilégiant plus que jamais l’aquarelle : Le Midi, la Normandie, les côtes de la Manche, Viviers en Ardèche puis, en 1924, préfère Lézardrieux en Bretagne pour l’été.

 

De 1929 à 1932, avec l’aide du collectionneur et mécène Gaston Lévy, il réalise la série des Ports de France. En mars 1929, Signac commence son périple en automobile par Sète et la Méditerranée occidentale, les Pyrénées, le littoral Atlantique et termine par la Bretagne en mai. L’année suivante il poursuit par la Manche, La Rochelle, Rochefort et Bordeaux et seulement, en 1931, le reste des côtes méditerranéennes. Cette série d’aquarelles présentée dans des albums reliés de cuirs sont une grande fierté. Au printemps 1935, il part explorer la Corse, un projet longtemps reporté, d’où il ramène une série de magnifiques aquarelles, avant de mourir le 15 août à Paris.

Cette exposition réunit une trentaine d’aquarelles et de lavis de sujets du Midi, qui séduisit tant Signac, provenant de grands Musées (Musée d’Orsay, Musée de

l’Annonciade à Saint-Tropez, Musée Cantini de Marseille et Musée de Grenoble) et de collections privées, dont certains n’ont jamais été montrés. La technique du dessin et surtout de l’aquarelle exige une grande maîtrise et n’autorise aucun repentir. Le visiteur se trouve ainsi au plus près du talent et de l’instinct de l’artiste. Yves Brayer affectionnait, lui aussi cette technique, surtout lors de ses voyages et le Musée est très fier de pouvoir rendre hommage au dessin et à l’aquarelle ainsi qu’à l’un de ses plus grands maîtres.

 

Tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 18h30

Tél. 04 90 54 36 91

http://www.yvesbrayer.com

 

 

PICASSO ET LES MAÎTRES ESPAGNOLS / FLOWER POWER - LA CULTURE POP

Du 2 mars 2018 au 6 janvier 2019

Carrières de Lumières

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Une production Culturespaces | Une réalisation Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi

Les Carrières de Lumières des Baux-de-Provence présentent leur nouvelle exposition numérique et immersive : Picasso et les maîtres espagnols. Du 2 mars 2018 au 6 janvier 2019, les chefs-d’oeuvre numérisés de Picasso, Goya ou encore Sorolla, dialogueront en musique sur les immenses surfaces calcaires des Carrières. Véritable invitation au voyage, cette création multimédia inédite retracera un siècle de peinture espagnole pour une expérience artistique intense.

L’exposition immersive, ancrée dans l’Espagne, réunit de grands maîtres de la peinture moderne espagnole. La première partie met en scène les portraits et scènes de vie quotidienne de Goya, Rusiñol, Zuloaga et Sorolla. La seconde partie se concentre sur Picasso, sans conteste l’un des grands maîtres et influenceurs de l’art du XXe siècle, et propose un panorama de la grande richesse créative de son oeuvre.

De la cour royale aux scènes champêtres de Goya, à travers les jardins enchanteurs de Rusiñol, les portraits de Zuloaga et les scènes en bord de mer du lumineux Sorolla, les visiteurs seront invités à prendre le large avant de plonger dans l’univers pictural foisonnant de Picasso et son oeuvre magistrale. Les formes distinctives des Demoiselles d’Avignon (1907), les rose et bleu apaisants de La Flûte de Pan (1923), mais aussi la puissance hostile de Guernica (1937) et les rives méditerranéennes de La Joie de Vivre (1946) transporteront tour à tour le spectateur au coeur du génie créatif de l’artiste.

Conçue comme une déambulation à travers l’art ibérique du XXe siècle, l’exposition numérique et immersive Picasso et les maîtres espagnols met en mouvement des milliers d’oeuvres numérisées, qui s’animent aux moyens de l’équipement technique de pointe AMIEX®. Les parois calcaires blanches se métamorphosent ainsi en toiles de maître sous les faisceaux d’une centaine de projecteurs. Le visiteur est invité à se balader librement dans l’espace monumental des Carrières pour découvrir à son rythme les projections dynamiques qui l’entourent. Une sélection musicale vibrante participe à enrichir les émotions du promeneur, qui redécouvre les chefs-d’oeuvre sous un angle unique, celui d’une expérience globale de l’art dématérialisé.

 

SUIVI PAR LE PROGRAMME COURT "FLOWER POWER - LA CULTURE POP" 

Entre deux projections de Picasso et les maîtres espagnols, sera présenté un programme court dédié à la quintessence du mouvement Flower Power. Les Carrières de Lumières se transformeront en une ville imaginaire où les spectateurs seront invités à flâner et à se perdre
dans les pas de cette génération de la fin des années 1960.

 

HORAIRES D'OUVERTURE

Les Carrières de Lumières sont ouvertes tous les jours. 
Janvier, mars, novembre et décembre : 10h-18h 
Avril, mai, juin, septembre et octobre : 9h30-19h 
Juillet et août : 9h30-19h30 
Dernière entrée 1h avant la fermeture.

La librairie-boutique culturelle est ouverte aux horaires des Carrières.

Le Café des Carrières est actuellement fermé. Réouverture au printemps 2018.

 

_____________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

  

 

  

 

 

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

 

 

  

 

   

 

 

  

 

.